Lexique industriel

Automate programmable industriel (API)
L’automate programmable industriel est également appelé PLC (Programmable logic control) ou PMC (Programmable machine control) selon les constructeurs. Il s’agit d’un dispositif électronique programmable destiné à la commande de processus industriels par un traitement séquentiel. Il envoie des ordres vers les préactionneurs (partie opérative côté actionneur) à partir de données d’entrées (capteurs) (partie commande côté capteur), de consignes et d’un programme informatique.

Big data (données massives)
Le big data désigne la capacité à collecter, stocker et traiter en temps réel des flux très importants de données de nature diverse en vue de leur appliquer toutes sortes de traitements analytiques et statistiques avancés qui relèvent de l’intelligence artificielle (analyse prédictive, machine learning, deep learning, etc). Avec les bons outils de traitement et d’analyse, ces données permettent d’optimiser la chaîne de production en identifiant de manière très fine les problèmes qui surviennent. Elles permettent également d’accroître la connaissance sur les habitudes et préférences des consommateurs.

Capteurs
Un capteur est un système analytique intégré transformant une information physique (température, luminosité, humidité, débit, présence d’objet, …) en un signal électrique. Il permet la détection, la transmission et l’analyse d’information recherchée.

Cloud computing
Le cloud computing est le modèle désormais établi d’industrialisation et de commercialisation de l’informatique. Dans le cloud, le fournisseur met à disposition de l’entreprise des ressources informatiques (des applications, par exemple) comme un service. L’entreprise utilisatrice n’a plus besoin d’acheter l’équipement matériel éventuel et la licence du logiciel. Elle s’affranchit également de la maintenance de l’ensemble.

Code ISO
Le code ISO est un langage standardisé pour la programmation des machines-outils à commande numérique. Il est issu de la norme internationale ISO 6983-1:1982 « Commande numérique des machines –
Format de programme et définition des mots adresses – Partie 1 : Format de données pour les équipements de commande de mise en position de déplacement linéaire et de contournage »

Commande Numérique (CN) ou Computerized Numerical Control (CNC)
La commande numérique est un ensemble hardware et software permettant de programmer la gamme d’usinage et de piloter la machine-outil afin de fabriquer automatiquement la pièce.

Conception assistée par ordinateur (CAO)
La conception assistée par ordinateur comprend l’ensemble des logiciels et des techniques de modélisation géométrique permettant de concevoir, de tester virtuellement – à l’aide d’un ordinateur et des techniques de simulation numérique – et de réaliser des produits manufacturés et les outils pour les fabriquer.
Conception et Fabrication assistée par ordinateur (CFAO)
Voir CAO et FAO.

Contrôle non destructif (CND)
Les Contrôles Non Destructifs sont un ensemble de méthodes permettant de caractériser l’état d’intégrité de structures ou de matériaux, sans les dégrader et à différents stades de leur cycle de vie. Déjà utilisée dans l’industrie, cette technologie s’appuie désormais sur le numérique pour élever le niveau de contrôle, tout en privilégiant des méthodes « propres » sans rayons ni produits chimiques et en minimisant les coûts. Le contrôle non destructif apporte une vision à la fois globale, précise mais non invasive, d’équipements et de matériaux en cours d’utilisation. Très utile pour les industries qui produisent des pièces en faible quantité mais à valeur élevée ou dont la fiabilité de fonctionnement s’avère critique, cette technologie permet par exemple d’identifier des fissures ou toute anomalie dans les soudures.

Conventionnelle (machine-outil conventionnelle)
La machine-outil conventionnelle est une machine-outil dont les commandes de pilotage des axes sont mécaniques (généralement activé via des manivelles).

Cybersécurité
Etat recherché pour un système d’information lui permettant de résister à des événements issus du cyberespace susceptibles de compromettre la disponibilité, l’intégrité ou la confidentialité des données stockées, traitées ou transmises et des services connexes que ces systèmes offrent ou qu’ils rendent accessibles. La diffusion du numérique et l’augmentation des communications qui l’accompagne font de la cybersécurité un enjeu majeur pour les entreprises industrielles.

Ecoconception
L’écoconception est une méthode de conception d’un produit qui doit permettre, à performance égales, de minimiser ses impacts environnementaux, tout au long du cycle de vie, dans un processus d’amélioration continue et à coût maitrisé.

Enterprise Resource Planning (ERP)
L’ERP, encore appelé PGI (Progiciel Intégré de Gestion), est un système d’information qui sert à gérer et à suivre au quotidien l’ensemble des informations et des services opérationnels d’une entreprise.

Fab Lab (Fabrication Laboratory ou Laboratoire de fabrication)
Un Fab Lab est un lieu ouvert au public où il est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets. La caractéristique principale des Fab Lab est leur « ouverture ». Ils s’adressent aux entrepreneurs, aux designers, aux artistes, aux bricoleurs, aux étudiants…, qui veulent passer plus rapidement de la phase de concept à la phase de prototypage, de la phase de prototypage à la phase de mise au point, de la phase de mise au point à celle de déploiement.

Fabrication additive
Egalement appelé « impression 3D », la fabrication additive est un procédé de fabrication qui permet de fabriquer des pièces à partir d’un modèle numérique, par ajout de couches successives de matériau. Cantonnée à l’origine aux matières plastiques, la fabrication additive concerne aussi aujourd’hui les matières métalliques plus résistantes, élargissant considérablement les champs d’application.
Elle permet la production de pièces complexes en modèle unique sur une grande variété de déclinaisons. Essentielle en matière de flexibilité de production, elle l’est aussi en matière d’efficacité énergétique, révolutionnant par exemple la conception des échangeurs de chaleur en optimisant les circuits sans perte de pression. Autre avantage, en limitant la matière là où elle est strictement nécessaire, elle permet un usage maîtrisé des ressources et un allègement du poids des pièces, ce qui est notamment essentiel dans le secteur des transports pour limiter les consommations de carburant. Enfin, elle relocalise la production près des centres de consommation.

Fabrication Assistée par Ordinateur (FAO)
La FAO comprend l’ensemble des logiciels et des techniques de programmation graphique des machines-outils à commande numérique (MOCN).

Gamme d’usinage
La gamme d’usinage représente la chronologie des différentes opérations d’usinage d’une pièce en fonction des moyens d’usinage.

Gestion de la Production Assistée par Ordinateur (GPAO)
Un logiciel de GPAO est un programme de gestion de production permettant de gérer l’ensemble des activités, liées à la production, d’une entreprise industrielle : gestion des stocks et des achats, gestion de commandes, gestion des produits engendres par ces commandes, gestion des articles entrant dans la fabrication de ces produits et de leurs nomenclatures-gammes, gestion des ressources par familles (couple homme/spécialité) permettant la création des gammes (nomenclature de fabrication), création et gestion du planning de fabrication, expédition des produits, facturation.

Infrastructures de 5e génération
Les infrastructures de la 5e génération désignent la prochaine génération de réseaux mobiles 5G, qui succèdera à la 4G vers 2020. Il s’agit de répondre à de nouveaux usages clients : l’Internet des objets, le machine to machine (M2M), l’implémentation en temps réel d’applications innovantes, des services respectueux de l’environnement, une convergence fluide fixe-mobile partout, etc.

Ingénierie Assistée par Ordinateur (IAO)
L’IAO consiste en l’utilisation d’ordinateurs pour concevoir, analyser et fabriquer des produits et processus.

Intelligence artificielle (IA)
L’intelligence artificielle a pour objectif la construction d’entités douées d’intelligence. L’intelligence peut être décomposée en briques élémentaires pouvant être reproduites par une machine : l’IA tente donc de recréer ou imiter certaines aptitudes de l’intelligence humaine, comme la mémoire, le raisonnement, la prise de décision et la résolution de problèmes ou la perception.

Internet des objets (Internet of Things, IoT)
L’internet des objets est une organisation qui permet de disposer de services évolués en interconnectant des objets (physiques ou virtuels) grâce aux technologies de l’information et de la communication. Il permet par exemple de collecter des données pendant l’utilisation d’un produit afin d’apprendre quelles fonctionnalités sont utilisées et de découvrir les modes de défaillance.

Internet industriel des objets
Grâce aux capteurs sur les machines et les objets en cours de fabrication, les machines peuvent connaître l’historique de production de l’objet et la demande finale correspondante afin d’y répondre de manière automatisée ou via un poste de contrôle central.

Lean manufacturing
Le lean manufacturing, parfois traduit par « production au plus juste », désigne une organisation industrielle de la production permettant de produire mieux plus rapidement et à moindre coût.

Machine intelligente
On entend par machines intelligentes les équipements capables d’intégrer des informations et de les utiliser afin de répondre à une fonction donnée. La complexité des informations et des besoins traités qualifient le degré d’intelligence de l’équipement. Parmi les fonctions ainsi spécifiquement traitées sont répertoriées :

  • L’adaptation rapide au changement de production (flexibilité au produit et au volume, polyvalence, modularité)
  • La capacité de réaliser plusieurs opérations
  • La communication entre équipements
  • L’optimisation de cycle de vie de l’équipement
  • L’optimisation de l’interface ou interaction opérateur
  • L’optimisation de consommation d’énergie et matière
  • Les boucles d’auto-adaptation
  • La capacité de s’adapter à son contexte pour garantir la sécurité de son action.

Ces équipements intègrent des aspects mécanique, électronique et informatique. Citons les familles :

  • Robots collaboratifs y compris cobots
  • Equipements multifonctions
  • Equipements pilotés à distance
  • Machines de fabrication additive y compris les imprimantes 3D
  • Machines auto-adaptatives.


Machine learning

Le machine learning ou « apprentissage automatique » en français renvoie à un processus de développement, d’analyse et d’implémentation conduisant à la mise en place de procédés systématiques. Il s’agit d’un programme permettant à un ordinateur ou à une machine un apprentissage automatisé, de façon à pouvoir réaliser un certain nombre d’opérations très complexes. L’objectif visé est de rendre la machine ou l’ordinateur capable d’apporter des solutions à des problèmes compliqués, par le traitement d’une grande quantité d’informations. Cela offre ainsi une possibilité d’analyser et de mettre en évidence les corrélations qui existent entre deux ou plusieurs situations données, et de prédire leurs différentes implications.

Machine-to-machine (M2M)
La communication entre machines est une appellation générique qui englobe toutes les technologies permettant l’échange d’informations entre machines connectées en réseau et l’exécution d’opérations sans intervention humaine.

Maintenance prédictive
Ensemble d’actions planifiées de prévision pour éviter des défaillances probables des équipements.
La maintenance prédictive (ou prévisionnelle) consiste à collecter et analyser des données d’un équipement pour anticiper les pannes, maitriser l’arrêt des machines, augmenter leur durée de vie, diminuer les stocks de pièces de rechanges.

Manufacturing as a Service (MaaS)
Les entreprises sont aujourd’hui sous une grande pression de la concurrence, de plus en plus mondiale, et du développement des technologies de plus en plus rapide. Le Manufacturing as a Service (MaaS) permet à une société d’adapter plus facilement son offre aux changements de la demande, de la technologie et des partenaires ou concurrents industriels. Dans l’approche MaaS, le manufacturing devient un service qui accélère la relation entre l’usine et les acteurs de la chaîne de valeur d’un produit (de la conception à la livraison) afin d’optimiser les performances industrielles : les entreprises qui forment la chaîne de valeur se reconfigurent dynamiquement afin de s’adapter aux évolutions du marché. Ainsi une même société, peu importe sa taille, a l’opportunité de prendre part à plusieurs chaînes de valeur très différentes. Dans ce type de marché très flexible, dans lequel il est possible de recomposer sa chaîne de partenaires et de fournisseurs, le besoin d’objectifs communs en toute transparence et d’«intimité » (partage d’informations stratégiques) entre 2 partenaires est très important afin de garantir une relation de long terme. De ce fait, les partenaires dans une chaîne de valeur MaaS doivent mettre en oeuvre de nouvelles pratiques : co-innovation, collaboration à la fabrication de produits, équipements partagés, échange d’informations concernant la planification, l’ordonnancement et la qualité de la production, ou encore le partage de tableaux de bord. Le « Manufacturing as a Service » constitue une rupture qui implique un choix stratégique d’entreprise et une réflexion sur les relations avec les partenaires.

Manufacturing Execution System (MES)
Le MES est un système de contrôle de gestion et de suivi des travaux en cours dans l’atelier. Un M.E.S (Manufacturing Execution System) conserve la trace de toutes les informations de fabrication en temps réel, permet de recevoir des données en flux direct à partir des systèmes de contrôle/commande, de supervision machine et des opérateurs. Bien que les systèmes MES sont conçus comme un système autonome, ils sont de plus en plus intégrés à la planification des ressources d’entreprise (suite logiciel de type ERP). Le but d’un système d’exécution de la fabrication est d’améliorer la productivité et réduire les temps de cycle, le temps total pour produire une commande.

Matériaux actifs
Les matériaux actifs désignent les matériaux intelligents agissant directement sur leur environnement en ayant par exemple des propriétés antibactériennes, antistatiques, dépolluantes, autonettoyantes ou présentant des propriétés de conversion d’une énergie en une autre (matériaux pyroélectriques, piézoélectriques…).

Matériaux avancés
Les matériaux avancés désignent les matériaux fonctionnels, les matériaux à haute performance, les matériaux à haute valeur ajoutée, etc. Ils constituent une famille large de matériaux qui concernent de nombreux domaines d’application. Ils répondent à des besoins de hautes performances telles qu’une forte résistance mécanique, thermique ou à la corrosion par exemple.

Matériaux composites
Un composite est constitué de l’assemblage de plusieurs matériaux non miscibles de natures différentes, et dont les qualités complémentaires permettent des performances supérieures à celles de chacun de ses composants. Un matériau composite est composé du renfort, qui constitue l’ossature de la pièce et supporte l’essentiel des contraintes, et de la matrice, qui assure la liaison de l’ensemble, répartit les efforts, et protège les renforts.

Numérisation de la chaîne de valeur
La numérisation de la chaîne de valeur couvre l’ensemble des moyens de production dits 4.0. Elle assure une interconnexion entre les outils et les postes de travail à travers l’Internet des objets et les réseaux virtuels de contrôle. Son principe : rendre la production la plus adaptable possible et cantonner l’allocation des ressources aux stricts besoins pour économiser l’énergie et la matière première, tout en restant résolument orientée satisfaction client.

Product and Manufacturing Information (PMI)
Les PMI sont les informations liées à la géométrie, aux tolérances et au matériau de la pièce, directement intégrées au fichier CAO 3D.

Product Life Management (PLM)
Littéralement « gestion du cycle de vie des produits », il s’agit d’un cadre organisationnel et d’un ensemble de concepts, méthodes et outils logiciels dont le but est de créer et de maintenir les produits industriels tout au long de leur cycle de vie, depuis l’établissement du cahier des charges du produit et des services associés jusqu’à la fin de vie, en passant par le maintien en conditions opérationnelles.

Radio Frequency Identification (RFID)
La RFID désigne une technologie d’identification automatique qui utilise le rayonnement radiofréquence pour identifier les objets porteurs d’étiquettes lorsqu’ils passent à proximité d’un interrogateur.

Réalité augmentée
La réalité augmentée est la superposition d’informations numériques sur une image réelle regardée à travers un écran, des lunettes ou un viseur. En milieu industriel, la réalité augmentée peut servir à guider l’opérateur pour effectuer certaines tâches ou certains gestes. Cette technologie peut également être utilisée pour faire de la formation, ou rendre des étapes de conception moins abstraites afin d’y associer plus de parties prenantes.

Réalité virtuelle
La réalité virtuelle désigne l’environnement simulé créé par ordinateur dans lequel l’utilisateur est immergé et avec lequel il peut interagir. Elle trouve sa place aujourd’hui dans les phases de conception pour faciliter la communication autour d’un prototype numérique, par exemple.

Robot
Un robot est un système mécanique poly-articulé mû par des actionneurs et commandé par un calculateur qui est destiné à effectuer une grande variété de tâches. On distingue 2 grandes catégories de robots industriels :

  • Les robots à base fixe : on retrouve dans cette catégorie les robots de manipulation, type « Pick And Place », des robots soudeurs ou encore des robots de peintures. Cela représente la majorité des robots actuellement en état de service.
  • Les robots à base mobile : on retrouve dans cette catégorie les robots mobiles à roues ou à chenilles.


Robot autonome

On peut définir un robot autonome comme un dispositif mécanique et électronique ayant la capacité de traiter de manière autonome de l’information pour effectuer une action appropriée. Le terme « autonomie » renvoie alors à une autonomie de décision, d’action, de mouvement ou énergétique.

Saas (Software as a Service ou Logiciel en tant que service)
Le mode Saas est un mode d’utilisation d’une solution logicielle que se fait en utilisant l’application à distance qui est hébergée par l’éditeur. La solution logicielle étant utilisée, le plus souvent, à partir d’un simple navigateur Internet, elle permet à l’entreprise d’être dégagée de toute contrainte d’installation, de mise à jour ou de maintenance technique. Elle permet également d’être utilisée et partagée par les collaborateurs en situation de mobilité. Elle nécessite par contre l’hébergement des données chez un tiers (éditeur) et un accès Internet.

Simulation 3D
La simulation 3D est une visualisation animée du comportement de produits, matériaux ou procédés.
Elle s’étend à l’ensemble de la chaîne de production et permet d’assembler et de tester l’environnement de production avant sa mise en marche. L’acquisition de données réelles permet d’affiner les modèles.

Taux de Rendement Synthétique (TRS)
Le taux de rendement synectique est un indicateur destiné à suivre le taux d’utilisation de machines.
Il met aussi en évidence les pertes de production.

Technologies propres
Les technologies propres permettent de réduire l’impact environnemental et sanitaire des procédés de production à performances égales ou supérieures. Il s’agit de technologies rendues plus sobres et efficientes. On désigne sous cet intitulé un produit, un équipement, un procédé (une ou plusieurs opérations unitaires) et le cas échéant une procédure (méthode ou bonne pratique de production ou d’utilisation).

Usinage à grande vitesse (UGV)
L’usinage à grande vitesse est une technique d’usinage caractérisée par des conditions de coupe (vitesse de rotation et d’avance de l’outil) plus élevées que lors d’usinage conventionnel. Ces grandes vitesses engendrent des phénomènes de coupes spécifiques.